Après plus d’un an à parcourir les 7 îles de l’archipel des Canaries, le départ vers les Caraïbes est imminent.

J’ai “abandonné mon poste” pour un retour en France et laissé la place à, Alain et Hippolyte, les 2 coéquipiers de mon Capitaine, qui sont arrivés à SANTA CRUZ à bord du ferry TENERIFE/LA PALMA, après un vol depuis BEAUVAIS. C’est dans la joie et la bonne humeur que tous les 3 se préparent pour un super défi : la traversée de l’Atlantique, par la route tracée, il y a plus de 500 ans, par Christophe Colomb.

Arrivé de équipiers

Et les voilà bien arrivés au Puerto de Tazacorte...

Avant de partir, une bonne organisation s’impose : ranger, faire l’avitaillement, le plein de provisions d’eau, de vin et de bière (important !!), vérifier les voiles, les équipements de sécurité, revoir la pharmacie de bord, le matériel de pêche… ils espèrent appareiller entre le 15 et le 18 novembre, mais il faut attendre la bonne fenêtre météo !! 3 semaines de mer et puis ce sera  l’atterrissage (et oui, c’est comme en avion !) en Martinique…

Les garçons, c'est un peu le "bazar"... faudrait penser à ranger !!

La pharmacie de Lomane

Une toute petite partie de la pharmacie...

 

Un des 1er avitaillement et il y en aura encore d'autres !

Promis… je vous tiendrai régulièrement informé de cette superbe aventure sur GlobetrottersReporters.com. J’attends leur départ avec impatience… surtout que j’ai mon billet d’avion pour aller rejoindre ce trio de choc le 17 décembre dans la baie “Du Marin” en Martinique.

Ca y est on est parti le 28 novembre en direction du Cap vert plein sud avant de tourner à l’ouest vers la Martinique.
En tout, plus de 2 500 nautique à parcourir  (environ 4 725 Km) à une vitesse moyenne de 5 Nd (un peu plus de 9 km/h).
Nous espérons couvrir cette distance en moins de 20 jours… Pêcher, voir des baleines et le ciel étoilé… la plénitude en somme…

Le mardi 28 novembre 2017  Ils sont enfin partis…

C’est l’effervescence à bord de Lomane… Après 49 jours pour Sauveur, 19 pour Alain et Hippo passés au puerto de Tazacorte (LA PALMA), le départ est imminent… Je demande à nos 3 matelots leur ressenti… tout d’abord le p’tit Mousse « J’ai l’impression qu’on vient de couper le cordon ombilical. C’est une seconde naissance. Cette fois, l’enfant s’appelle Lomane et la mère Atlantique » poétique notre Hippo !! Au tour d’Alain, le second : « Ben, trop content d’y être enfin, on est là pour faire cette putain de transat. Curieux de voir ce que l’on va vivre sur 20 jours sans mettre pied à terre, voir comment on va appréhender le temps, peut être qu’on ne le verra pas passer. Expérience insolite que j’ai hâte de ressentir et raconter » et de rajouter « Pincez moi, je rêve ? non , je ne rêve pas, on part vraiment ! ». Et le capitaine Sauveur « Il fait beau mais dommage, il n’y a pas de vent avant 24/48 heures. 3 semaines que, j’espère, riches en partages, émotions et amitiés au milieu de nulle part. On aura certainement quelques petites galères mais pas trop ! Je suis impatient de changer de continent. A très bientôt ! ».
Demain, je vous en dirai un peu plus…
Je termine par une citation de Roland Dorgelès : « Le voyage pour moi, ce n’est pas arriver, c’est partir. C’est l’imprévu de la prochaine escale, c’est le désir jamais comblé de connaître sans cesse autre chose, c’est demain, éternellement demain ».

A midi (soit 11 heures aux Canaries), mon beau voilier pointe son étrave vers l’aventure… route au sud pour environ 250 milles nautiques avant de faire cap à l’ouest…
Les quarts sont établis : Sauveur s’y « colle » en 1er, puis Alain et ensuite Hippo.
14h30, pas un « pet » de vent, c’est au moteur que Lomane longe La Palma.
16h, 10/13 noeuds de vent, la grand voile et le génois sont hissés… les sensations commencent et devinez qui a le mal de mer ?? Al… mais chut, faut pas le dire !!
Vers 18h, un 1er barracuda est pêché et Sauveur se met au fourneau mais nos 3 « gamins » chipotent parce qu’il y a trop d’arêtes… exigeants en plus !! le 2ème barracuda a donc la vie sauve !
22h30, Lomane progresse doucement à 3/4 noeuds, a parcouru 40 milles et laisse El Hierro à bâbord.
23h30… dernier appel un peu « codé » de mon capitaine.
Hé… les gars « Prenez soin les uns des autres ».

Ca y est, on est parti le 28 novembre en direction du Cap vert plein sud avant de tourner à l’ouest vers la Martinique.
En tout, plus de 2 500 nautiques à parcourir (environ 4 725 Km) à une vitesse moyenne de 5 noeuds (un peu plus de 9 km/h).
Nous espérons couvrir cette distance en moins de 20 jours… Pêcher, voir des baleines et le ciel étoilé… la plénitude en somme…

Laisser un commentaire

Fermer le menu