EL Hierro l’ile la plus sauvage des Canaries
Loading advertisement...
Preload Image
Up next

La transatlantique de « Lomane » et de son équipage

Cancel
Turn Off Light
Watch Later
Auto Next
0 Comments

EL Hierro l’ile la plus sauvage des Canaries

El Hierro, avec son emplacement en pleine Atlantique,  sera toujours isolée et tant mieux !

Cette petite île attire avec ses côtes bordées de falaises impénétrables, ses paysages aux parfums d’ailleurs, ses panneaux de signalisation en bois massif le long des routes sinueuses. Ses espaces volcaniques gagnés sur la mer et ses forêts de pins en altitude. 
 

La plus sauvage des 7 îles canariennes occupe une place à part dans l’archipel et ce n’est pas par hasard si l’UNESCO a classé toute l’ile en Réserve Naturelle de la Biosphère.

De par sa situation marginale, elle en a tiré une force en étant un véritable laboratoire du développement durable et assure elle même son indépendance énergétique.
 
Vous l’avez compris, le charme d’El Hierro réside en sa nature et l’empreinte de l’homme reste raisonnable.
 
Cette terre de contrastes surprend par la diversité de ses paysages qui vont des coulées de lave et dunes lunaires aux pinèdes parfumées des forêts verdoyantes.
Sous l’écume, les fonds marins nous rappellent la beauté fragile de l’océan. El Hierro, c’est la nature en cinémascope !
 
Lors d’une virée, parmi les grands pins de la forêt préservée d’El Pinar, nous profitons de cette terre généreuse en cueillant quelques figues sauvages au goût inimitable.
En parcourant l’ile, nous avons déniché 3 endroits exceptionnels :
  • Tout d’abord, le site magique de Pozo de las Calcosas où nous découvrons des maisons en pierres volcaniques aux toits de paille de seigle et sa belle piscine naturelle. Un lieu où l’on aimerait poser ses valises pour toujours.
  • Autre merveille de la nature qu’il ne faut pas rater, le rocher percé de Bonanza situé dans l’une des zones les plus désertiques de l’ile. Une petite route permet de gagner les hauteurs dans le calme et sérénité un endroit ou l’on croise plus d’animaux que d’habitants.
  • Enfin à Sabina del Hierro, il faut voir les arbres torturés par les vents qui se dressent comme des danseurs et prennent des formes invraisemblables.
A voir également :
  • Faite une halte au Santuario Virgen de Los Reyes implanté au milieu de nulle part.
  • Pour ce qui est des bords de mer : les rivages tourmentés de l’île laissent peu de place aux plages de sable mais il y a de très belles criques aux eaux cristallines et les piscines naturelles font le bonheur des baigneurs.
  • Rendez-vous sur la commune de la Frontera pour grimper sur sa colline admirer sa petite chapelle et le panorama.
  • l’Ecomuseo de Guinéa mérite une visite. On y trouve des maisons villageoises des habitants d’origines de l’ile. L’endroit est charmant et propice à de belles photos.
  • La capitale de Valverde, une cité paisible. Ses principaux points d’intérêt sont : la place de la mairie et l’église Notre-Dame de la Conception, une construction robuste dans le style caractéristique du baroque des Canaries.

Je termine ce panorama d’El Hierro par la Restinga :

Nous  avons accosté dans son petit port ou règne une ambiance familiale entre les voiliers à l’escale.
Presque tous nos voisins de ponton vivent sur leurs bateaux et sont francophones, l’ambiance est chaleureuse.

L’activité principale de la commune de la Restinga est la plongée. Ici, les clubs sont nombreux et beaucoup sont tenus par des français. Que vous soyez expérimenté où débutant, c’est un endroit idéal pour plonger et profiter du ballet des poissons colorés.

L’endroit est si tranquille que, dans le port, 2 tortues de mer nous rendent régulièrement visite. Il faut dire que nous sommes aux portes d’une grande réserve naturelle protégée.

Bien qu’elle soit maintenant connectée au reste de la planète, El Hierro donne toujours l’impression d’être isolée et c’est toute la particularité et l’intérêt de cet endroit. La plupart des personnes qui visitent El Hierro sont des voyageurs indépendants qui planifient et organisent leurs vacances eux-mêmes. On se sent un peu l’âme d’un explorateur à fouler ce territoire de poche magnifiquement préservé. 

Il est impossible de ne pas être émerveillé :

• Par les vagues qui se jettent contre les parois rocheuses,
• Les arbres tordus et torturés par les vents,
• Les villages endormis et la simplicité de la vie locale,
• Les forêts luxuriantes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.