3 ans sur un bateau au long court autonome en énergie dans un esprit low-tech
Loading advertisement...
Preload Image
Up next

Le Cotentin de l’ile Tatihou à Portbail

Cancel
Turn Off Light
Watch Later
Auto Next
0 Comments

3 ans sur un bateau au long court autonome en énergie dans un esprit low-tech

Nomade des mers, c’est le projet d’une association qui va faire le tour du monde pendant trois ans à la découverte de technologies innovantes sur un bateau autonome en énergie il appel ça la low-tech

Globetrotters Reporters ne pouvez que relayer ce projet, ça commence ce mois-ci et ce sera filmé puis retransmis sur ARTE à partir de l’été 2017.

Le projet, baptisé Nomade des mers, partira de Concarneau en Bretagne d’ici la fin du mois. Le parcours sera ponctué d’arrêts pendant lesquels un inventeur local sera invité à venir installer et tester des solutions pour rendre le bateau plus autonome. On appelle ça la low-tech : une technologie qui se doit d’être ingénieuse, écologique et facilement réalisable.

Dans cette vidéo, Corentin Chapalton, le manager du projet explique d’où lui vient cette idée :

« Quand quelqu’un a une super idée quelque part dans le monde — d’un super réchaud à bois, d’un four solaire, une éolienne, n’importe quoi… C’est pas assez diffusé vers tous ceux qui pourraient s’en servir. »

Pour le moment, seul le trajet de la première année est mis en ligne. Il propose déjà 15 escales majeures ayant toutes une thématique, que ce soit la dessalinisation au Maroc ou recycler l’aluminium à Madagascar. Un parcours susceptible d’évoluer car chacun peut soumettre une escale au projet !
L’idée est bel et bien d’échanger et de transmettre, via un site Web qui recense les avancées du projet ou à travers un programme permettant à des classes de suivre le catamaran.
Corentin Chapalton n’en est pas à son coup d’essai. En 2009, il partait déjà pour 6 mois sur un petit voilier ayant la particularité de ne pas utiliser de voiles en fibre de verre (un matériau polluant à produire, importé et cher) mais en fibre de jute, une ressource naturelle du Bangladesh où Corentin travaillait !
En reliant le Bangladesh à la France, ce voyage avait pour but de promouvoir et le potentiel du jute. Pari réussi car cette aventure lui permet de trouver des partenaires pour lancer Gold of Bengal.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.